sociaux

twitterfacebookmixcloudinstagramrss feed

Emission > Solénoïde - Asian Audio Virus 03

Notre équipage vous propose une émission dédiée aux richesses musicales du continent asiatique, une collection de vignettes sonores destinée à vous faire virtuellement voyager de hauts plateaux verdoyants à de vastes espaces arides, d’odorantes rizières en terrasses à d’immenses temples bouddhistes…

Dépêche du 23 décembre 2012

Afin de bien aborder la dernière ligne droite de cette année 2012, le Solénopole n'a pas lésiné sur les moyens. Comme vous pouvez le constater, notre webmaster, Stefan (l'éminence grise de Code Planète) a été à pied d‘oeuvre ces dernières semaines. Animé d’un bel enthousiasme, notre soléno-concepteur a terminé les travaux nécessaires à l’évolution architecturale du Solénosite.

Emission > Solénoïde - Mission 161

Le Solénopole lance une nouvelle mission d’exploration intermusicale. Doté de nouveaux capteurs surpuissants, le radiobaliseur étudiera un élixir sonore aux vertus insoupçonnées, élixir pertinemment nommé LUMINOCOLOR.

Emission > Solénoïde - Grande Boucle Radiovisuelle (Etape 24)


Rassemblant des artistes émergeants comme chevronnés, cette émission tente de mettre en lumière le bouillonnement créatif de la scène française, tendance musiques climatiques, ethniques ou encore hypnotiques.

Radiobalisage > LUMINOCOLOR "Résonances" (Laybell)

Pour chasser stress et blues hivernal, voici un remède d’une redoutable efficacité. Un élixir sonore conçu par deux multi-instrumentistes lillois à l’inspiration aussi décalée que... colorée. Bref, avec 'Résonances', son second album, le duo nous embarque dans la visite d’un bazar imaginaire où s’empilent moult petits trésors bariolés.

Chronique > NAKED TRUTH "Ouroboros" (Rare Noise Records)

Un an après son premier album "Shizaru", la formation de l’italien Lorenzo Feciliati a décidé de parachever sa quête d’un graal free-rock mutant et multidimensionnel. Tandis que les claviers de Roy Powel tapissent l’arrière plan sonore de motifs de Fender Rhodes chatoyants, Feliciati irise chaque composition d’ "Ouroboros" de ses vrilles de basse et de guitare très travaillées.

Chronique > DISPLACER "Foundation" (Hymen)

A qui souhaiterait prendre une tangente résolument technoïde, l’expertise avancée d’un certain Michael Morton pourrait se révéler d’une précieuse utilité. Sur son album 'Foundation', ce canadien, plus connu sous le nom de Displacer, nous plonge au cœur d’une machinerie sonore pourvue d’étonnantes facultés immersives et même visuelles.
Et bien qu’opérant principalement au moyen de ressources informatiques et de claviers synthétiques, Morton a su insuffler à sa musique une vitalité froide quasi incandescente.

Chronique > GRISCHA LICHTENBERGER "And IV [Inertia]" (Raster Noton)

 Evoluant aux avant-postes du front audio-numérique, le berlinois Grischa Lichtenberger est un artiste polyvalent. A la fois musicien, vidéaste, plasticien et aussi peintre, ce joailler de la matière digitale privilégie les schémas complexes en créant une électronica vive et inventive. Tel un robot détraqué par des signaux parasites, la machine s’affranchit de toute règle, pouvant s’emballer à tout moment sans jamais perdre de sa cohésion.